Prendre du temps pour soi, réalité ou galéjade ?

Prendre du temps pour soi, réalité ou galéjade ?

En ces temps de confinement, la notion de temps devient omniprésente. 

Si nous semblons en manquer régulièrement, accaparés par nos « obligations » de toutes sortes, aujourd‘hui nous avons du mal à l’occuper, à l’optimiser, beaucoup ont l’impression de perdre leur temps à ne rien faire, à tourner en rond comme en lion en cage … Alors qu’il y a TANT à faire !

Prendre du temps pour soi, n’est pas un luxe ! C’est une nécessité vitale.

A la seule évocation de ce mot « temps », nous nous projetons régulièrement vers les vacances, selon nos appétences dans un lieu paradisiaque où le soleil et la plage sont souvent présents et nous aspirons à ce que ce moment éphémère se prolonge le plus long-temps possible… Alors nous trimons toute une année pour nous accorder ce petit temps de pause à l’échelle des efforts annuels que nous avons produit et qui nous semble bien mérité ( mais qui est bien souvent dérisoire) ! 

Mais pourquoi aller chercher systématiquement à l’extérieur ce ressourcement, pourquoi attendre une longue année pour retrouver cet espace de bien-être, alors que vous pourriez vous connecter à cette « bulle » quotidiennement, en conscience, à chaque instant, librement, en portant simplement votre attention sur votre respiration. 

Dites enfin « non » à ce rythme effréné que l’on vous impose, et que souvent, inconsciemment, vous vous imposez à vous-même.   

Comment prendre du temps pour soi ?

C’est peut-être déjà revenir tout simplement au moment présent à travers son schéma corporel, (ré)apprendre à écouter son intimité intérieure, à se reconnecter à sa sensorialité, ses perceptions, devenir un peu plus attentif à ce qui est, sans jugement …

Apprenez aussi à ne pas chercher des portes de sortie, en fuyant cette pause salutaire par peur d’être critiqué, ou simplement par peur de laisser émerger tout ce que l’on a enfoui depuis tant d’année, ce sur quoi nous nous sommes appuyés pour nous construire une réputation, ce rôle parfois fictif que nous avons joué en endossant un costume inadapté, trop grand ou trop étriqué, cette auto-critique de soi-même et toutes ses croyances limitantes du genre : 

« Je ne peux pas prendre du temps pour moi ! C’est impossible ! Je suis débordé ! Je suis chef d’entreprise, je suis aussi un père, une maman avec ses obligations familiales … »

Plus vous vous sentirez noyé sous ces responsabilités plus il sera important, voire même vital d’appuyer sur le frein, et de dire enfin « stop ». 

Si vous ne décidez pas, en conscience, de prendre ce temps, personne ne vous l’accordera, et personne d’autre ne le prendra pour vous. 

Si vous ne le faites pas, rien ne changera, vous continuerez à être débordé, stressé, anxieux, jusqu’à l’épuisement, jusqu’à peut-être un mal de plus en plus fréquent dans notre société que l’on nomme le burn out,

Vous glisserez de vous-même inconsciemment et sournoisement dans une spirale négative bien huilée, que vous entretiendrez bien malgré vous.

C’est donc à vous (et à vous seulement) de briser ce cercle vicieux pour tendre vers un cercle plus vertueux !

Rien ne sera facile sur ce chemin : Entre vos « obligations professionnelles » et vos « obligations familiales », il sera toujours épineux de vous accorder ce « temps pour soi », car vous développerez sans doute une forme de culpabilité. 

Mais si au fond de vous, vous ressentez ce besoin vital de vous accorder ce temps, pour faire ce qu’il vous plait, n’attendez plus, mettez-vous en action dès maintenant !

Réfléchissez sous quelle forme et à quelle fréquence vous allez pouvoir vous consacrer ce temps de pause :

Un cours de Yoga et un cours de musculation de manière hebdomadaire ? 

Une soirée ciné entre ami(e)s une fois par mois le jeudi soir ? 

Une heure de farniente, ou une heure de lecture le dimanche matin? 

Une heure pour écouter ma musique seul(e) le samedi de … à … ? 

Tout est possible et envisageable, tout est planifiable dès l’instant où cela a du sens pour vous, que cela vous fait du bien et vous change les idées. 

Négociez au besoin pour ne pas créer la zizanie dans votre couple, et peut-être que votre partenaire de vie se fera une joie d’en faire de même pour lui (elle) !

Défendez votre territoire bec et ongles !

Et surtout, surtout quand vous avez entamé le processus, prenez garde de bien respecter impérativement les créneaux organisés et planifiés, sous peine de les voir « passer à la trappe » à la première contrariété venue.

Vous en serez le seul garant, l’unique défenseur et en même temps votre pire ennemi, car c’est souvent vous qui remettrez sur le tapis des injonctions limitantes pour fuir et retomber dans vos zones de routines et de confort habituelles.

L’enjeu est là : ce n’est pas tant de prendre du temps pour soi qui est difficile, mais c’est de prendre du temps pour soi sans culpabiliser dans la durée.  

Il sera donc nécessaire de s’autoriser à ( se donner la permission) prendre enfin ce temps pour soi!

Soyez convaincu que vous en avez le droit, l’obligation même, pour votre propre bien-être et votre équilibre, et a fortiori pour celui des autres: votre entourage familial et professionnel, c’est du gagnant-gagnant !

Alors : « MOTEUR … et ACTION ! » 

Gilles Taraquois -Sophrologue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s